Edition indépendante & self-publishing : comment fonctionne l’auto-édition ?

Si l’univers de l’édition est un monde encore obscur à vos yeux, The Book Maker vous propose plusieurs articles pour mieux comprendre les règles du jeu. Entre l’édition traditionnelle, l’édition à compte d’auteur et l’édition indépendante, chaque système possède des avantages et des inconvénients… Cet article vous présente le fonctionnement de l’auto-édition et de l’édition indépendante.

Edition indépendante & self-publishing : comment fonctionne l’auto-édition ?

Avant de commencer, quelques précisions sémantiques :

  • Auto-édition fait référence à l’anglais « self-publishing »
  • Edition indépendante fait référence à l’anglais « indie publishing »
  • Et il s’agit quand même globalement de la même chose !

 
Edition indépendante : en quoi ça consiste ?

L’édition indépendante consiste à prendre en charge l’édition de ses ouvrages sans passer par une maison d’édition. Cela veut dire qu’en plus de la rédaction de son ouvrage, l’auteur doit accomplir de nombreuses autres tâches :

  • La relecture et la correction
  • La mise en page de la maquette interne
  • La création de la couverture
  • L’impression du livre
  • Les formalités administratives
  • La promotion et la publicité
  • La diffusion du livre

Si ça vous semble beaucoup, c’est normal ! Mais rien ne vous impose de tout faire tout seul, vous pouvez recourir à des prestataires et/ou des partenaires pour chacune des étapes à franchir… et cela revient souvent beaucoup moins cher que l’édition à compte d’auteur. Certes, c’est du boulot, ça prend du temps et il faut être méticuleux.

Edition indépendante & self-publishing : comment fonctionne l’auto-édition ?

 
Auto-édition : de l’underground au mainstream

S’il est vrai qu’avant les années 2000, l’auto-édition était un peu synonyme de travail bâclé, les outils ont beaucoup évolué et vous pouvez désormais fournir des livres de très bonne qualité en devenant un auteur indépendant.

Précisons au passage que même si certains magazines font semblant de découvrir le processus pour en faire quelque chose de tendance, l’édition indépendante ne date pas d’hier. Un bon exemple ? Les Éditions Albert René créées par Albert Uderzo en 1979 pour éditer la série Astérix !

Quant aux exemples plus récents, on peut citer…

  • Laurent Bettoni, auteur auto-édité depuis 2012 qui rencontre un joli succès auprès du public
  • Marc-Edouard Nabe, écrivain controversé qui édite lui-même ses livres depuis 2010 et ne s’en porte pas plus mal
  • Agnès Martin-Lugand, romancière qui a auto-édité son premier roman avant d’être repérée par les éditions Michel Lafon

Mais ces exemples français ne sont qu’un début ! Les auteurs anglophones montrent qu’on peut aller beaucoup plus loin :

  • James Altucher, qui a sorti Choose Yourself en 2013 et en a vendu 44 294 exemplaires rien que le premier mois !
  • William P. Young, qui a sorti The Shack en 2007 pour en vendre 1 million d’exemplaires un an plus tard (et qui est traduit en français)
  • JF Penn (alias Joanna Penn) qui génère un business annuel à 6 chiffres en éditant elle-même tous ses livres

Et il y a un autre exemple que j’adore, bien plus parlant et bien de chez nous : le partenariat entre the outsider Marcel Proust et the underdog Bernard Grasset !

 


Abonnez-vous à The Book Maker !
Pour recevoir des infos, des cadeaux, des promos…

Newsletter

The Book Maker


 

Publicités

15 commentaires sur « Edition indépendante & self-publishing : comment fonctionne l’auto-édition ? »

  1. Bonjour,
    Je suis justement en train de préparer la publication de mon 1er roman : Sous son emprise, tome 1 : La proie.
    Je peux vous dire que lorsqu’on opte pour l’auto-édition, il vaut mieux être bien organisé, surtout si on décide de tout faire soi-même, sinon cela devient vite chronophage.
    Bonne journée.

    J'aime

  2. Et si un auteur auto-édité veut faire traduire un de ses livres, le traducteur touchera-t-il des droits d’auteur (à-valoir et droits proportionnels) comme lorsqu’il traduit pour un éditeur?

    J'aime

    1. Bonjour Paola,

      Un auteur auto-édité n’est pas en mesure de rémunérer un traducteur en droits d’auteur s’il ne créé pas de structure idoine (ce qui est rarement le cas).

      A l’heure actuelle, il n’y a donc pas beaucoup de possibilités :
      * soit une prestation de service avec une facture du traducteur à l’attention de l’auteur
      * soit un partage des royalties entre auteur et traducteur sur une base contractuelle

      Mais je vais creuser le sujet et voir si je peux trouver plus satisfaisant 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s